Hygiène en entreprise : règles et bonnes pratiques

Aujourd’hui, on parle de plus en plus du bien-être en entreprise. Salles de repos tout confort, baby foot pour se détendre, fontaines à eau, … En tant qu’employeur, vous avez sans doute envisagé certains de ces aménagements. Bravo ! Mais savez-vous que l’hygiène en entreprise est aussi un facteur de satisfaction et d’efficacité au travail ? Vous pensez être au point question propreté de vos bureaux ? Cet article va vous aider à le vérifier.

Bien-être au travail

Les règles d’hygiène en entreprise

Lorsque l’on se réfère au Code du Travail, il n’y a pas de place pour le doute. Tout employeur est sommé de prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses collaborateurs.

La jurisprudence va encore plus loin puisque c’est une obligation de résultat qui s’impose à tous les chefs d’entreprises.

Une affaire d’évaluation des risques …

Tout employeur se doit de mettre en place des actions de prévention des risques professionnels, mais aussi de former et d’informer ses salariés. Parmi les principes de base, il est question :

  • D’éviter les risques ;
  • D’évaluer les risques ne pouvant être évités ;
  • De combattre les risques à la source.

On pense bien évidemment à la vérification périodique des outils de production, à la mise à disposition de systèmes de protection (extincteurs, défibrillateurs, …). C’est du bon sens. Mais ce que l’on oublie trop souvent, c’est l’environnement de travail : son aération et son assainissement sont essentiels.

Le ode du travail impose des conditions d'hygiène en entreprise

… dont fait partie la propreté en entreprise

Les locaux professionnels doivent être aménagés de façon à garantir la santé et la sécurité des travailleurs.
Ils doivent :

  • Être maintenus dans un état constant de propreté ;
  • Présenter les conditions d’hygiène et de salubrité nécessaires ;
  • Être dégagés de tout encombrement.

Et en cas de non respect de ces obligations, que risque l’employeur ? C’est simple : il engage sa responsabilité civile et pénale.
Encore envie de faire l’impasse sur le nettoyage en entreprise ?

Obligation de nettoyage en entreprise

Hygiène en entreprise : les bonnes pratiques

En matière de sécurité, les mesures de prévention hygiéniques sont souvent peu coûteuses et faciles à mettre en place. Voilà pourquoi chaque employeur devrait commencer par elles.

Les équipements sanitaires obligatoires

Afin de réduire l’exposition aux bactéries et leur prolifération en entreprise, le Code du Travail a prévu des dispositions.

L’employeur met à la disposition des travailleurs les moyens d’assurer leur propreté individuelle, notamment des vestiaires, des lavabos, des cabinets d’aisance et, le cas échéant, des douches.

Article R4228-1 du Code du Travail

L’employeur doit veiller à ce que les lavabos fournissent de l’eau potable. On préfère aujourd’hui les savons liquides aux savons en pain, les serviettes jetables ou sèches-mains électriques aux serviettes éponge. L’entreprise doit inviter les salariés à se laver les mains régulièrement, et notamment après s’être mouché ou avoir éternué.

Lorsque l’activité impose le port d’une tenue de travail spécifique, des vestiaires doubles doivent être mis à la disposition des salariés. Les tenues de travail y seront à l’abri de la poussière et des salissures, et obligatoirement séparées des tenues de ville pour limiter la propagation de germes venus de l’extérieur.

Pour certains métiers, des équipements spécifiques sont obligatoires :

  • lave-mains à commande non manuelle pour les métiers de la santé ;
  • poubelles à clapet ou à pédale dans le milieu de la restauration ;
  • distributeurs de lotion hydro-alcoolique en milieu hospitalier.
Les équipements d'hygiène à éviter en entreprise

L’aération indispensable des locaux professionnels

La qualité de l’air dans un environnement professionnel est un élément important à prendre en considération. Pour limiter la concentration de polluants dans l’air, il est indispensable d’aérer régulièrement les bureaux, entrepôts, ateliers, … C’est aussi un moyen d’éviter les problèmes de condensation et de trop forte élévation de la température ambiante.

Un certain nombre d’articles du Code du Travail imposent des règles strictes en matière de conception des bâtiments, d’aération et d’assainissement.

Le maître d’ouvrage conçoit et réalise les bâtiments et leurs aménagements de façon à ce que les locaux fermés dans lesquels les travailleurs sont appelés à séjourner soient conformes aux règles d’aération et d’assainissement prévues aux articles R. 4222-1 à R. 4222-17.

Article R4212-1 du Code du Travail

Lorsque la ventilation naturelle (ouvertures de portes et fenêtres donnant sur l’extérieur) des locaux n’est pas possible ou insuffisante, il est possible de recourir à un système de ventilation mécanique. Celui-ci doit respecter des débits d’air minimum, définis par le Code du Travail en fonction du type de local concerné (consultez le guide de l’INRS « Aération et assainissement » pour plus d’infos).

Au-delà du respect du Code du Travail, l’employeur doit s’intéresser de très près à la qualité de l’air dans ses bureaux. Selon différentes études récentes, l’air intérieur serait entre cinq et sept fois plus pollué qu’à l’extérieur. On peut douter du chiffre, mais les faits sont là.

Dans les bureaux, on peut pointer du doigt plusieurs responsables de la mauvaise qualité de l’air :

  • des produits d’entretien parfois utilisés pour nettoyer les bureaux contiennent des substances nocives, comme des formaldéhydes ;
  • les toners des imprimantes laser émettent des particules fines , gênantes pour la respiration ;
  • les photocopieurs produisent de l’ozone, responsable de toux, crises d’asthme, …

Changez d’air : il est recommandé d’aérer les bureaux au minimum 10 minutes par jour.

Si l’on en croit une étude chinoise, un air pollué réduirait l’efficacité au travail de 10 à 15%.
On devine aisément qu’une bonne qualité d’air, une température adéquate et une aération suffisante améliorent le bien-être au travail.

Alors qu’attendez-vous pour aérer vos bureaux ?

Dans l’idéal, il faudrait aérer au minimum 10 minutes par jour (et non ventiler!) toutes nos pièces.
Pas plus de 30 minutes par contre, pour ne pas refroidir votre intérieur et générer une consommation inutile pour chauffer.

Changez d'air : arérez vos bureaux 10 minutes par jour

Le nettoyage des bureaux, téléphones, claviers, …

Un nettoyage de bureau efficace doit éliminer salissures et micro-organismes, sans pour autant générer de pollutions nouvelles. C’est donc une affaire de professionnels.

Les sols doivent être nettoyés régulièrement, autour et sous les postes de travail. Aspiration des moquettes et balayage humide des surfaces synthétiques sont essentiels. Mais insuffisants.

Les machines industrielles doivent être fréquemment nettoyées à l’aide d’aspirateurs équipés de filtres à particules (HEPA).

Le nettoyage et la désinfection hebdomadaires des points sensibles, que sont les poignées de portes et les interrupteurs, permettent de limiter la propagation des maladies (et donc les arrêts de travail).

Il ne faut surtout pas oublier les claviers, souris, combinés téléphoniques. Ce sont de véritables nids à bactéries qui peuvent s’avérer nocifs voire dangereux pour la santé.

Claviers et souris doivent être désinfectés

Bonus : quelques conseils efficaces pour une bonne hygiène en entreprise

Vous venez de voir un ensemble de règles et de bonnes pratiques dont la mise en oeuvre est indispensable pour une bonne hygiène en entreprise.
Terminons cet article par une liste, non exhaustive, de conseils pratiques que tout employeur devrait appliquer et propager. Ce ne sont que des règles de bon sens, mais on a malheureusement tendance à les oublier.

  • Inciter chaque salarié à ranger son bureau le soir : c’est plus facile ensuite pour le nettoyer et plus accueillant le lendemain matin ;
  • Eviter de partager des verres, tasses, .. entre collègues, au risque de partager aussi les microbes ;
  • Ne pas laisser de magazines près de la machine à café : ce sont aussi des nids à microbes ;
  • Rester à la maison quand on est malade et ne revenir en entreprise qu’une fois totalement guéri : le télétravail, c’est pratique ;
  • Mettre à disposition des boîtes de mouchoirs en papier ;
  • Ne pas manger au dessus de son clavier d’ordinateur et privilégier une vraie coupure lors de la pause déjeuner (aérer son bureau et s’aérer l’esprit, c’est bon pour la performance) ;
  • Ne pas laisser la vaisselle sale s’entasser en salle de pause ;
  • De même pour les ordures, dans et autour de la poubelle.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet de l’hygiène en entreprise et évaluer les mesures à mettre en place dans vos bureaux, nous pouvons convenir d’un RDV.

Pour une bonne hygiène en entreprise, optez pour une entreprise de nettoyage professionnel